Cuisiner avec les huiles essentielles

Cuisiner avec les huiles essentielles

Avant toute chose, huiles végétales et huiles essentielles sont des produits naturels très différents et ne s’utiliseront donc pas de la même manière. Les huiles végétales sont le plus souvent obtenues par pression à froid alors que les huiles essentielles sont issues de la distillation par entraînement à la vapeur d’eau. Là où nous versons généreusement une cuillère à soupe d’huile végétale dans nos assiettes et sur le corps, nous n’utiliserons qu’une à deux gouttes d’huiles essentielles, tellement celles-ci sont concentrées en molécules aromatiques.

Les huiles végétales

Les huiles végétales sont nombreuses et possèdent toutes des propriétés adoucissantes et nourrissantes pour la peau de par leur composition biochimique proche de celle du tissu cutané. Riches en acides gras polyinsaturés (oméga 3, 6 et 9), elles sont excellentes pour la santé, à condition de n’utiliser que des huiles végétales de bonne qualité c’est-à-dire extraite par première pression à froid et conservée à l’abris de la lumière et de la chaleur. Elles sont aussi bien entendu traditionnellement utilisées dans nos cuisines pour cuire ou assaisonner nos aliments. Nous retrouvons en particulier les huiles d’olive, de colza, de noix, de noisette, de sésame, de tournesol, de pépins de raisin, etc. D’autres sont plus destinées à un usage externe en application cutanée comme l’amande douce, l’argan, le jojoba, le macadamia, la calophylle, le noyau d’abricot, la rose musquée, etc. D’autres encore sont issues de la macération des fleurs ou parties aériennes fleuries d’une plante dans une base d’huile végétale. Il s’agit des huiles de fleurs d’arnica, de millepertuis ou encore de calendula, et sont traditionnellement utilisées en application cutanée.

Une fois votre huile végétale ou votre mélange d’huiles végétales choisi, vous pouvez alors y rajouter les huiles essentielles. Par exemple, pour préparer vos propres huiles d’assaisonnement et agrémenter ainsi vos salades d’été, vous pouvez parfumez votre huile d’olive vierge avec de l’huile essentielle de basilic (Ocimum basilicum), ou d’estragon (Artemisia dracunculus) à raison d’une goutte pour 10 ml d’huile végétale. En plus de conférer à ce mélange des saveurs aromatiques savoureuses, vous stimulerez ainsi la digestion. Se servir ensuite de ce mélange pour assaisonner vos salades et certains de vos plats. Les huiles essentielles de romarin à cinéole (Rosmarinus officinalis 1,8 cinéole), de thym à linalol (Thymus vulgaris ct linalol), de menthe poivrée (Mentha piperita), de citron jaune (Citrus limomum), d’orange douce (Citrus sinensis) ou encore de pamplemousse (Citrus paradisii) se prêtent très bien à ce type d’assaisonnement, mélangées le plus souvent dans des huiles végétales de type olive, colza, pépins de raisin, noix ou de noisette. De la même manière, vous pouvez intégrer les huiles essentielles de basilic, d’aneth, ou d’estragon dans la préparation de vos sauces de type béarnaise, mayonnaise et autres vinaigrettes.

Autres utilisations des huiles essentielles en cuisine

Si vous recherchez une touche d’exotisme, une goutte de citronnelle de Java (Cymbopogon winterianus), de cumin, de gingembre ou de curcuma pourront être rajoutées dans vos plats cuisinés à base de poulet, crevette, riz et lait de coco.

Pour les amateurs de miel, une goutte de lavande fine ou officinale (Lavandula officinalis) parfumera cette préparation et pourra être à la base de certains desserts comme des yaourts et fromages blancs, ou d’autres desserts sucrés.

Au rayon des desserts encore, la préparation de sorbets et de glaces pourra être aussi agrémentée de quelques gouttes d’huiles essentielles de votre choix, comme la lavande fine ou officinale, les agrumes, la cannelle de Ceylan, ou encore le basilic.

En règle générale, il faudra éviter d’utiliser les huiles essentielles riche en phénols (thym à thymol, sarriette des montagnes, origan compact) qui, en plus de leur possible toxicité à forte dose, donneront un goût beaucoup trop prononcé à vos plats et gâchera l’effet recherché. Aussi, si vous êtes amené à chauffer les huiles essentielles, attention à ne pas les cuire trop longtemps et avec de trop forte température ce qui dénaturera les propriétés thérapeutiques et potentialisera leur pouvoir aromatique. Le mieux, c’est de les rajouter en dernier lieux à vos préparations pour maîtriser tous ces paramètres.

Bon appétit !

Aucun commentaire sur cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *