Les huiles essentielles de lavande : comment choisir ?

Les huiles essentielles de lavande : comment choisir ?

Les lavandes en bref

Deux espèces botaniques spontanées du genre Lavandula sont retrouvées en aromathérapie : Lavandula angustifolia

Miller appelée Lavande vraie, Lavande officinale ou Lavande à feuilles étroites ; et Lavandula latifolia Medik, appelée Lavande aspic ou Lavande à feuilles larges. Notons immédiatement que plusieurs variétés et cultivars ont été sélectionnés au cours du temps, tout particulièrement pour la Lavande vraie, tant cette plante aromatique est appréciée pour la qualité olfactive de son huile essentielle. Nous pouvons distinguer aujourd’hui dans les variétés de l’espèce à feuilles étroites, la Lavande vraie qui est la variété sauvage et la Lavande officinale qui est la variété cultivée.

 

Les huiles essentielles de lavande

En ce qui concerne les profils aromatiques, les huiles essentielles de Lavande vraie et officinale sont très ressemblantes, aussi bien concernant leurs composants biochimiques majoritaires que leurs propriétés thérapeutiques. Ces huiles essentielles sont riches en acétate de linalyle, linalol et 1,8 cinéole ainsi qu’une faible teneur en camphre. Elles possèdent des propriétés calmantes, antispasmodiques et cicatrisantes remarquables. Véritables panacées, elles sont utilisées en cas d’angoisse, de nervosité, de troubles de l’endormissement, mais aussi de crampes ou contractures musculaires, de plaies, brûlures, coups de soleil ou piqûres d’insectes. Les huiles essentielles de Lavande vraie et Lavande officinale peuvent être utilisées à partir de 7 ans par voie cutanée (huile de massage, bain moussant), par voie orale (sur un support adapté) et est particulièrement indiquée pour la diffusion atmosphérique seule ou associée à d’autres huiles essentielles.

 

 

 

L’huile essentielle de Lavande aspic (Lavandula latifolia Medic ou Lavandula spica DC) possède une odeur camphrée caractéristique. Composée principalement de camphre (10 à 15 %), de linalol et 1,8 cinéole, elle est douée de propriétés anti-infectieuses, fluidifiantes et décontracturantes très intéressantes. Indiquée en cas de brûlures, plaies, ulcères, escarres, psoriasis, eczéma, mycoses cutanées, piqûres d’insectes voire même en cas de pathologie ORL en inhalation et fumigation, cette huile essentielle s’utilise à partir de 12 ans par voie orale et cutanée, et est déconseillée pendant la grossesse et l’allaitement ainsi qu’en diffusion atmosphérique.

 

 

Une autre espèce botanique hybride, issue du croisement de Lavandula latifolia Medik et Lavandula vera DC, se retrouve très fréquemment dans les commerces ; les lavandins, Lavandula hybrida Reverchon ou Lavandula x intermedia Emeric ex Loisel. Cette variété, beaucoup plus productive que la Lavande vraie, est la plus cultivée dans le Sud de la France et là encore nous pouvons distinguer aujourd’hui 4 cultivars différents : grosso, super, Sumian et abrial. Les huiles essentielles de lavandins ont une composition généralement proche de celle de la Lavande vraie, riche en acétate de linalyle et en linalol, mais néanmoins, la teneur en camphre est beaucoup plus importante dans les huiles essentielles de lavandins, pouvant atteindre jusqu’à 9 % de la teneur totale de l’huile essentielle. Les lavandins ont des propriétés calmantes et antispasmodiques ainsi que répulsives (particulièrement pour les poux). Les huiles essentielles de lavandins sont indiquées en cas d’angoisse, de nervosité, de troubles de l’endormissement, mais particulièrement pour les crampes et contractures musculaires ou la prévention des poux. Elle s’utilisera à partir de 7 ans en usage externe dilué et 12 ans pour la voie orale, mais cette huile essentielle ne se diffuse pas dans l’atmosphère car très irritante pour les voies respiratoires.

 

Enfin, la Lavande des bords de mer aussi appelée Lavande maritime ou stoechade (Lavandula stoechas L.) fait partie de certaines aromathèques. Facilement reconnaissable par sa houppe de bractées mauves imitant un panache au-dessus de chaque inflorescence, elle n’existe qu’à l’état sauvage sur des terrains calcaires. Riche en cétones monoterpéniques (fenchone, camphre, verbénone), elle possède des propriétés fluidifiantes bronchiques, anti-infectieuses, anti-inflammatoires, anti-convulsivante et sédative, mais elle doit être utilisée avec une grande prudence et est contre-indiquée chez les enfants en dessous de 12 ans et chez les femmes enceintes et allaitantes.

A noter !

Suite à ce petit tour au rayon des huiles essentielles de lavandes, nous pouvons facilement comprendre l’intérêt de n’utiliser que des produits de qualité lorsqu’il s’agit d’un usage chez l’homme ou les animaux. Toujours vérifier les dénominations latines, les parties de plantes utilisées, le mode de culture et surtout le chémotype ou spécificité biochimique des huiles essentielles, c’est-à-dire les composants chimiques majoritaires de l’huile essentielle.

Aucun commentaire sur cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *